Article "Le Progrès" - 11/02/2011

Publié le 11 Février 2011

 

Cross-country / Pré-France à Lons-le-Saunier (dimanche)

La grande explication

 

Deux mois après le cross du Progrès, Thibaud Baudoin, Jean-Philippe Tournier, Paul Lalire et Manu David se retrouvent à Lons / Pascal Bruley


Les ténors du Nord-Est de la France ont tous rendez-vous dimanche à Lons. Spectacle garanti

 

Là, on ne rigole plus. Après des départementaux réglés sur le cross du Progrès, des régionaux au niveau aussi aléatoire que leur fréquentation, la compétition prend beaucoup de hauteur ce week-end avec la dernière marche avant les championnats de France de Paray-le-Monial le 27 février. Dimanche à Lons, sur le plateau de Montciel, les meilleurs crossmen de Franche-Comté, d’Alsace, de Lorraine et de Bourgogne se retrouvent pour la grande explication. Plus de mille amoureux de l’effort et de la boue pour neuf courses passionnantes.

À commencer par la course élite masculine. Si le tenant (Antoine De Wilde) est blessé, le plateau promet une bagarre énorme avec en premier lieu un Manu David assoiffé de succès (voir ci-contre), et qui sera assisté de son compère du DUC Thibaud Baudoin. Mais les prétendants se bousculent pour conquérir Montciel. La Bourgogne a David et Baudoin, l’Alsace a David Eckes (Huningue), champion régional, et son dauphin Samir Baala (Saint-Louis), le frère de Mehdi, que l’on a croisé ces deux dernières années au sommet du Poupet. « Mon plus gros concurrent, je pense que ce sera Georges Burrier », lâche pour sa part David. Le Messin aura pour lui une équipe très costaude (avec Karim Foulouh, vainqueur des derniers inters à Lons en 2007 et l’ancien dolois Jean-Philippe Tournier) et pourra compter sur le retour de son jumeau Edouard, tout aussi redoutable. Ce dernier reprend après un problème au pied et aux ischio-jambiers.

Mais le plus dangereux pourrait être Pierre Joncheray, s’il est repêché. Le jeune homme présente le CV le plus impressionnant (29 minutes sur 10 km) mais a un talon d’Achille, le mental. Supportant mal la concurrence, on l’a vu plusieurs fois jeter l’éponge en pleine course, ce qui est arrivé aux régionaux d’Alsace, lorsqu’il a été mis sous pression par David Eckes. « Lui, s’il décide de courir… » glisse Manu David.

Face aux costauds venus des autres ligues, qu’attendre de nos régionaux ? Un exploit pour arracher la qualification, rien de plus. Les Francs-comtois semblent clairement en retrait. Avec le champion régional Vincent Boiteux (GAHS), 23 e l’an dernier, les Lédoniens Jany Leseur et Ludovic Trossat semblent les plus à même d’arracher un sésame pour Paray. « Mais il va falloir déjà sortir le grand jeu », prévient Gérard Prély (LAC). Pour les autres (Capelli, Fieux, Panigot, Chauvin), la mission est impossible. Reste le plaisir d’évoluer sur ses terres.

Pour voir des locaux, il ne faudra pas forcément se tourner vers le cross court où la bataille s’annonce terrible entre les frères Pepiot (DSA), les francs-tireurs du GAHS (Salvati, Ait Hmid), le Nivernais Blondeau et les Messins Choquert, Errehmani et Benaouda.

Non, il faudra plutôt regarder vers la course féminine et Sophie Duvernay. La nouvelle recrue doloise s’est baladée aux régionaux mais va trouver à qui parler dimanche. À commencer par les inoxydables sœurs Kuster (Colmar). Gare également aux championnes de Bourgogne (Emilie Julien) et de Lorraine (Mylène Corradi). Au cran en dessous (juniors dames), le phénomène du GAHS Eva Federspiel devrait encore faire le spectacle.

Avec Duvernay, la meilleure chance jurassienne de podium pourrait bien être Matthieu Brucki. Car le Dolois, qui a titillé El-Hajjami (DSA) lors des régionaux, semble avoir une marge de progression importante. Alors, pourquoi pas ?

Jean-Philippe Cavaillez

Rédigé par Emmanuel DAVID

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article