Ecotrail de Paris: 11ème, dur, dur...

Publié le 19 Mars 2013

IMG 1480Le premier rendez-vous important de l'année était donc l'Ecotrail de Paris sur une distance de 80kms pour 1500m de D+. Après les Templiers, cette épreuve allait être mon second trail aussi long. J'avais tiré quelques enseignements à l'issue de Millau mais cela n'a pas suffit. Le Trail est une discipline à part. Pourtant, je savais que je devais m'efforcer à respecter mon tableau de marche sans m'occuper de la course des autres. Mais une fois dans la compétition, je n'ai pas réussi à me freiner une fois de plus. Je termine à une décevante 11ème place en un peu plus de 6h29. Récit d'une longue journée de galères.

Arrivé la veille sur Paris en famille, l'histoire d'éviter toute fatigue lié au voyage le samedi matin, je récupère mon dossard 3319 sous le chapiteau de l'organisation basé Quai Branly sous la Tour Eiffel. Le temps est très frais et plutôt venteux. En rejoignant l'hôtel, je m'aperçois que, la neige tombée quelques jours plus tôt, n'est plus présente que dans les bois.IMG 1436 Après une bonne nuit et un Bio-Cake Punch Power bien avalé, nous prenons la direction de la Base de Loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines pour le départ de l'épreuve qui est fixé à midi.  C'est à cet endroit que je retrouve les Dijonnais qui ont fait le déplacement: Hervé, Fabrice, Régis, Laurent et Patrick le caméraman. La température basse est accompagnnée d'un léger vent frais. Une fois libéré des ordres du starter, nous n'avons pas parcouru 1000m de course que nous égarons du tracé initial mais rapidement nous retrouvons le bon chemin. Le début de course se déroule sur un rythme de 15km/h. Km 22, le premier ravitaillement de BUC se profile et les premières petites côtes apparaissent. Tous les favoris pour la gagne sont là, David PASQUIO, Sylvain COURT et 2 espagnols.... L'allure n'est pas incroyable mais mes sensations sont mitigées et bizarrement je ne suis pas à l'aise. Je repars du ravitaillement en 4-5ème position avec l'espagnol Pedro Hernandez SANCHEZ avec qui je collabore pour revenir sur la tête de course composée de Sylvain COURT et David PASQUIO. 295619 585680468111341 1788030002 nErreur qui me sera fatale. Je resterai dans le groupe de tête jusqu'au 40ème environ avant de connaître les premières difficultés. Entre temps, le ventre commence à "gargouiller", une grosse douleur à la cheville se fait également sentir, ça ne sent pas bon pour la suite. Juste avant le 45ème kilo, je me fais reprendre par le très fringant espagnol Aitor Léal IRASTORZA avec lequel nous allons nous égaré l'espace de quelques hectomètres avant la traversée de l'observatoire de Meudon où l'on surplomble de fort belle manière la capitale. Au 52ème, une crampe au niveau des ischios-jambiers me stoppe net pendant plus de 3'. Que faire? L'espace d'un instant, je ne peux même plus marcher, je suis immobile, je me tiens derrière la cuisse, je sens une corde raide, je n'avais jamais sentit cela auparavant. Le chemin est encore long. Je réussi à rejoindre le ravitaillement tant bien que mal situé à Chaville au km56. Je cogite. Je ne peux pas continuer dans ces conditions là. Je réfléchis. Entre temps, quelques coureurs sont passés dont Romuald DE PAEPE, Thomas SAINT-GIRONS, Damien VIERDET... Arrivé dans la zone de ravitaillement, j'aperçois une chaise, je me jette dessus, Hervé me masse quelques minutes. Tout se chamboule dans ma tête, tout s'écroule. C'est difficile, les nerfs lâchent. Certes, la course à la première place est terminée pour moi... La tête de course a filé comme on voit partir un train depuis le quai d'une gare. J'en suis conscient. C'est fini, je ne réussirai pas mon pari. Après quelques instants d'hésitation et une brève discussion, je décide de repartir. Ce n'est plus la même course, ma victoire aujourd'hui sera de terminer cet Ecotrail afin de bosser pour la suite. SR8A6498 2L'allure avoisinera désormais les 12km/h mais elle devrait me permettre de rallier la Tour Eiffel. Pendant que je me faisais masser, j'ai pu voir passer la foulée légère de Laurence KLEIN qui réalise une sacrée performance à l'occasion de cet Ecotrail. Bravo à elle. Je termine finalement 11ème dans la douleur en plus de 6h29. Je ne suis pas encore un vrai trailer et l'apprentissage sera encore long mais mon heure viendra, j'en suis persuadé. Le bilan est certes décevant car le résultat n'est pas à la hauteur de mes espérances mais j'ai encore appris des choses ce week-end.J'en profite pour remercier Arnaud et Virginie du Team Terre de Running-Ronhill ainsi que les autres membres pour le soutien à distance. Je n'oublie pas non plus ceux qui m'ont suivi sur cette épreuve tout au long de la journée: Christelle, les enfants, Fabrice, Laurent, Régis, Hervé qui a su trouver les mots justes au Km 56 et Patrick le caméraman.

Place désormais à quelques jours de repos.

A bientôt

Manu

Rédigé par Emmanuel DAVID

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

CARNET Yves 23/03/2013 16:18


Salut Manu,


Ce sont les échecs qui permettent d'avancer. On ne peut pas toujours être au top, c'est humain. Tu as un sacré courage car à ta place, j'aurais abandonné. Bonne chance pour la suite et je n'ai
aucun doute que les victoires sont à portée de main (ou plutôt de pied).


Yves.

Emmanuel DAVID 25/03/2013 08:34



Salut Yves,


La prochaine grosse course sera le 15 juin avec le Trail de Faverges mais l'objectif principal de l'année reste le 06 Octobre avec le France à Gap.


A binetôt


Manu



Vincent 23/03/2013 10:54


Chaque discipline de la CàP demande un temps d'adaptation. Il faut juste un peu de patience. Il n'y a donc aucune raison pour que tu ne sois pas prochainement sur le podium d'un trail de
référence.

Le meilleur c'est pour bientôt.

@+ 

Emmanuel DAVID 23/03/2013 11:04



Merci Vincent, on se décourage pas, ça va venir.


A+


Manu