Templiers 2013: encore raté!

Publié le 29 Octobre 2013

P1070316

Tout ça pour ça, je pourrais dire... Tout ça pour rien, pour s'arrêter si près du but et si loin à la fois. La petite histoire du jour s'est arrêtée à ferme du Cade au kilomètre 65...

Décidemment, en cette saison sportive 2013, j'accumule les "pépins". Le trajet de vendredi pour arriver sur Millau a été un peu mouvementé: mal à la tête et obligation de s'arrêter à 2 reprises pour vomir sur le bord de la route. Arrivé à Millau, rebelotte. Bref, le week-end commençait bien mal. Impossible de manger le vendredi soir. J'ai essayé de récuperer tant bien que mal en dormant un maximum (une bonne sieste de 17h jusqu'à 7h30!). Le lendemain, l'appétit revenait tout doux. Une journée à manger du riz (merci Alex!) pour colmater tout ça mais l'état de forme n'est pas au top. Au pire, ça sera mieux le dimanche. Donc positivons, j'essaie de faire comme si rien ne s'était passé. Un petit footing pour transpirer un bon coup le samedi en encourageant la famille engagée sur le Vo2 Trail: Christelle, Aurélie, Lionel et Papy Jean . Je regagne l'hôtel sans tarder. Les ravitos sont calés. Tout est ok. Même si je ne suis pas au mieux, on tente le coup. 3h15, le réveil sonne, je sors de l'hôtel pour marcher et prendre la température. Il fait très doux (20° de différence avec l'an passé!). Il est maintenant l'heure de se rendre sur la ligne de départ. Ce moment magique que tout le monde attend, le fameux Ameno d'ERA qui résonne dans la nuit à la lueur des flambeaux. Il est 5h15, nous sommes libérés et c'est parti pour l'aventure. Première côte, celle de Carbassas. Ca va vite devant, je laisse filer et monte à mon rythme. Le peloton de tête a démarrer très fort. Sur la partie roulante menant à Peyreleau, je reste calme, revenant sur un petit groupe composé de Thierry BREUIL, Julien RANCON, Benjamin CHOQUERT, Nicolas MARTIN, entre autres... Peyreleau est atteint 15' plus tôt que l'an passé, je dois pointer aux alentours de la 15ème place à 30-40" de la tête. La seconde côte du jour se fait également en douceur dans le sillage de Fabien CHARTOIRE et Nicolas MARTIN. Au R2, du côté de Saint-André de Vésines, je n'ai pas fait l'erreur de l'an passé, a savoir, revenir trop fort d'un coup sur la tête de course. Je passe en 11ème position avec Nico toujours à 1'15 de la tête. En point de mire, Erik CLAVERY et derrière Sébastien SPEHLER (Champion de France il y a 3 semaines à Gap) qui commence à fournir son effort. Je me dis que je suis bien dans le coup pour l'instant. La connaissance du parcours va me servir par rapport à l'an passé. Je gère donc très tranquillement la descente sur la Roque Sainte-Marguerite (contrairement à l'an passé où j'avais essayé de suivre Andy SYMONDS). Je passe au km 41 bien plus frais que l'an passé. La terrible montée sur Pierrefiche m'attend. Je gère cette difficile ascension qui m'avait vu explosé l'an dernier. Je suis content car les jambes répondent pas trop mal. Je continue de gérer. Au R3, à Pierrefiche-du-Larzac, je suis toujours 11ème à moins de 2' de la tête de course. Même si je sais que la fin est terrible, je suis encore bien et continue de penser à belle place d'honneur. Je continue à bien me ravitailler mais mais la machine va commencé à s'enrailler. Le soleil ayant fait son apparition, ça commence à taper un peu. La partie entre Pierrefiche et Le Cade, ayant été rallongé, je me rend vite compte que je vais manquer d'eau pour rejoindre le dernier ravitaillement. Je gère mon bidon par petite gorgée mais je ne progresse plus à la même allure. Au km 55, je reprend Sebastien SPEHLER qui titube. Puis 3 kilomètres plus loin, je n'ai plus d'eau. Je dois rejoindre sur Massebieau dans le meilleur état possible pour attaquer la montée du Cade. Je sais qu'il y a un point d'eau autorisé. J'aurais donné très cher pour avoir de l'eau à ce moment précis. Clément PETITJEAN m'a gentillement offert une gorgée mais le mal était fait. A Massebieau, je trouve le point d'eau (merci Thibaud). Je dois être 12 avant d'attaquer la côte du Cade mais j'ai mal à la tête, le ventre en vrac, l'ascencion se fera en marchant, les oreilles bourdonnent. Gros coup de fatigue. Je n'arrive plus à courir. Fin du bal. Je sais que c'est terminé. Je préfère stopper à la Ferme du Cade. Bien m'en a pris puisque 10' après mon arrêt, je revomissais toutes les boissons ingurgitées depuis le matin. C'est des fourmis pleins les mains et les pieds que je rejoignais le poste de secours. La chute de tension est confirmée. Je ne regrette pas de m'être arrêté. J'étais prêt du but. Je ne verrais pas le Puncho d'Agast cette année . Je ne serais pas Finisher, ça se mérite. Mais là, ce n'était pas sérieux de continuer. Dommage, je me serais bien vu terminer à une vingtaine de minutes des premiers. Avec ma mésaventure de vendredi, ça aurait été trop beau! Le point positif est que j'étais dans le coup 58kms cette année contre 40 l'an passé. Il y a encore du boulot mais je suis sur la bonne voie. Par contre, j'ai encore à apprendre sur la gestion de mon ravitaillement pendant l'effort en fonction de la météo.

Un grand bravo à Fabien pour sa victoire sur l'Endurance Trail, à Stéphanie pour sa troisième place au scratch sur  la Monna Lisa et à Alex pour sa 17ème place sur le Grand Trail des Templiers.

Merci à toute mon équipe accompagnatrice Lionel (pilote-ravitailleur), Christelle, Aurélie, Papy Jean, Patrick, Fabrice, Hervé... Ainisi qu'à tout le Team pour les encouragements et le soutien avant, pendant et après la course: Arnaud, Virginie, Fabien, Stéphanie, Aurélie, Thibaud, la famille LEGAT, Pascal....

Place à un petit tour chez le medecin et un peu de repos avant retrouver la forme pour le Saintélyon.

A+

Manu

P1070334

Rédigé par Emmanuel DAVID

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Yves CARNET 30/10/2013 00:12


En regardant les temps de passage intermédiaires, je me doutais que tu avais eu un soucis. En tout cas, tu as bien eu raison d'arrêter. Ne t'inquiètes pas, la troisième fois sera la bonne ! Bon
courage à toi.


Yves.

JB 29/10/2013 21:53


Hola Man,


A la SaintéLyon tu seras la lueure du Jour à l'arrivée ;-)